J'aimerais vous raconter l’histoire de trois rêves. Deux de ces rêves étaient des rêves réels nocturnes que Reinhard Bonnke eut dans deux saisons très différentes de sa vie. Le premier eut lieu quand il était jeune, tout au début de son ministère, le deuxième vers la fin de son ministère et de sa vie. Le premier rêve est bien connu, l’autre ne l’est pas. Mais les deux, je crois, sont très prophétiques. Ces deux rêves sont comme des serre-livres en or qui résument la vie et l’héritage de l’un des plus grands généraux de Dieu. Mais en plus — et c’est le but de cette brochure — ils nous conduisent à un troisième rêve que j’aimerais vous partager également : mon rêve.

En réponse à ce rêve, le ministère de Christ pour toutes les Nations est né. Reinhard Bonnke avec sa femme Anni et leurs trois enfants en bas âge s’embarquèrent dans une aventure pleine de défis qui verrait des millions de personnes venir à Christ et des multitudes être encouragées et équipées pour prêcher l’Évangile elles-mêmes. « L’Afrique sera sauvée » devint le cri de guerre de Reinhard Bonnke et une phrase qui est devenue synonyme de sa vie et du ministère de Christ pour toutes les Nations.

Au cours de la vie de Reinhard, son ministère a vu en trente ans — de 1987 à 2017 — plus de 75 millions de personnes venir à Christ. Dans les années suivantes et jusqu’à sa mort, ce nombre avait atteint les 79 millions – cela représente un million de personnes sauvées, en moyenne, pour chaque année de sa vie. Quel héritage incroyable !

Mais l’Afrique a bien plus que 79 millions d’âmes, sans compter le fait que de nombreux pays africains, en particulier au nord du continent, n’ont jamais été ouverts à Reinhard Bonnke. En fait, lors d’un voyage de reconnaissance en Afrique du Nord, il fut même arrêté, emprisonné, puis expulsé. Il avait aussi reçu un appel pour la Chine (un fait peu connu). Son cœur brulait pour une moisson mondiale, c’est pourquoi il appela son ministère « Christ pour toutes les Nations ».

Et bien que le ministère de Reinhard Bonnke ait porté tant de fruits, nous nous attendons encore à une plus grande moisson dans le futur. Cela nous amène au second rêve.

Deuxième rêve

Un précurseur

Reinhard Bonnke me transmit le flambeau devant des centaines de milliers de personnes lors de la "campagne d'adieu" à Lagos, Nigéria.
Reinhard Bonnke me transmit le flambeau devant des centaines de milliers de personnes lors de la "campagne d'adieu" à Lagos, Nigéria.

En 2012, Reinhard Bonnke et moi, nous prêchions tous les deux au congrès annuel du mouvement pentecôtiste national d’Allemagne (BFP). Dans la nuit, il eut un rêve qu’il me partagea le lendemain matin au petit-déjeuner et qu’il répéta le soir lors de la conférence. Il dit que son rêve avait été si réel qu’il n’était pas sûr de l’avoir eu en étant endormi ou éveillé. En fait, il ne savait pas s’il s’agissait d’un rêve ou d’une vision. Il raconta qu’il avait été projeté dans l’avenir et avait entendu deux personnalités s’entretenir. Elles discutaient de choses extraordinaires qui se produisaient dans le monde à ce moment-là. Mais une chose lui fit tendre l’oreille. Une des voix demanda : « Qu’en est-il de Reinhard Bonnke ? ». La réponse fut la suivante : « Oh, Reinhard Bonnke n’était qu’un précurseur de toute une génération d’évangélistes conduits par le Saint-Esprit ». Puis il se réveilla.

Reinhard vivait avec la conscience qu’il avait besoin d’investir quelque chose dans la prochaine génération pour le bien de cette grande moisson à venir. C’est pourquoi, il a écrit des livres, produit des films, organisé des Conférences Fire et prêché inlassablement. Au cours des dernières années de sa vie, l’un de ses thèmes favoris était : « Passer le flambeau à la prochaine génération ». Il prêchait souvent à ce sujet alors qu’il visitait de nombreux pays pour la dernière fois. Et c’est là que nous arrivons à mon rêve.

Gagner 150 millions d’âmes à Christ

Troisième rêve

Mon rêve

En 2017, le Seigneur commença à me parler de la prochaine décennie comme la « Décennie Moisson Double ». Je ne savais pas à l’époque que Reinhard Bonnke allait décéder moins d’un mois avant le début de cette nouvelle décennie. Ce que je sentis dans mon cœur, c’est qu’au cours des dix prochaines années environ, Dieu doublerait le nombre d’âmes sauvées en dépassant les 150 millions. En d’autres termes, Il ferait dans les dix prochaines années ce qui avait pris les 30 années précédentes ! Ce serait une accélération surnaturelle de la moisson en cette heure cruciale de l’histoire. Mais cette moisson double n’est pas le rêve. Cette accélération sera simplement le catalyseur d’une moisson exponentiellement plus grande — peut-être le plus grand mouvement d’évangélisation que le monde n’ait jamais connu — propulsant toute une nouvelle génération d’évangélistes conduits par le Saint-Esprit dans les champs de moisson de Dieu avant le retour de Jésus.

Vous vous demandez peut-être, comment est-ce possible ? Avez-vous l’intention d’organiser de plus grandes campagnes d’évangélisation ? Ou plus de campagnes d’évangélisation ? La réponse est : Oui ! Je crois que nous allons expérimenter les plus grandes campagnes que nous ayons jamais vues. Le Seigneur nous a donné des directives très spécifiques à ce sujet, et nous voyons déjà un mouvement sur le terrain en Afrique comme jamais auparavant. De plus, nous augmenterons considérablement le nombre de campagnes organisées en Afrique. Jusqu’à maintenant, nous avons mené 8 campagnes au grand maximum par an. En 2020, l’année du lancement de la stratégie de la « Moisson Double », 13 campagnes auront lieu pendant une année ! L’année prochaine,  nous passerons à 23 campagnes et l’année suivante, nous doublerons presque ce chiffre à nouveau avec 43 campagnes prévues en un an ! Ce sont des campagnes d’évangélisation CfaN en Afrique où je prêcherai personnellement.

Aussi passionnant que soit tout cela, le Seigneur m’a montré que l’augmentation exponentielle viendrait, non pas simplement par addition (plus de campagnes CfaN et plus grandes), mais par multiplication. Les deux mots que le Seigneur m’a donnés et qui résonnent dans mon cœur, les clés pour voir ce rêve d’une moisson mondiale devenir réalité sont les suivantes : MULTIPLIER et COOPÉRER !

Multiplier

Nous allons « multiplier » le ministère par la formation, l’équipement et l’envoi de milliers d’évangélistes. En fait, nous le faisons déjà à petite échelle depuis quelques années. Depuis que le Seigneur m’a donné cette parole en 2017, nous avons restructuré le ministère dans cette direction pour accueillir cette parole. Nous avons expérimenté, testé, amélioré et perfectionné un système qui deviendra la chambre d’incubation pour cette multiplication. Je n’ai pas beaucoup parlé publiquement de nos développements parce que je voulais d’abord les tester et m’assurer qu’ils fonctionnent. Ce que vous ne réalisez peut-être pas, c’est que nous avons déjà vu des résultats remarquables et que nous disposons d’une « preuve d’efficacité » éprouvée et vérifiée. Voilà pourquoi maintenant, pour la première fois, nous présentons la stratégie de la « Décennie Moisson Double » (et au-delà). C’est le rêve qui brule au plus profond de mon coeur et je suis convaincu qu’il brulera aussi dans votre coeur lorsque vous l’aurez saisi.

(formation intensive d’évangélistes)

Le Bootcamp CfaN

Bien que nous ayons formé des milliers d’élèves par le biais de notre école d’évangélisation (« School of Evangelism » ou SOE), en janvier 2020, Christ pour toutes les Nations a lancé son tout premier « Bootcamp » à Orlando (Floride) aux États-Unis. C’est une formation intensive de trois mois centrée spécifiquement sur l’évangélisation de masse. Mais c'est bien plus qu’une simple école. Comme son nom l’indique, elle combine l’intensité d’un camp militaire avec l’instruction ciblée d’une école de métiers. Dans cette école « Bootcamp » les étudiants sont non seulement mis au défi physiquement, mentalement et académiquement mais également spirituellement. 

Nous mettons l’accent sur une bonne condition physique, la formation spirituelle, le développement du caractère ainsi que sur les fondements théologiques de l’évangélisation. Les étudiants sont formés pour prêcher l’Évangile, guérir les malades, chasser les démons et mener des campagnes d’évangélisation dans le tiers-monde, conduits par la présence du Saint-Esprit. Ils apprennent comment prêcher dans toutes les cultures, comment faire un appel à la conversion efficace, à travailler avec des interprètes ainsi que tout ce dont ils auront besoin pour servir puissamment en tant qu’évangélistes.

De plus, nous enseignons aux élèves toutes les compétences pratiques qu’ils ne peuvent acquérir nulle part ailleurs :

  • L’organisation d’une évangélisation
  • Le financement d’une évangélisation
  • Le travail d’équipe avec les pasteurs locaux
  • Le travail de suite avec les nouveaux convertis
  • Les spécificités des voyages internationaux
  • Comment gérer un ministère d’évangélisation
  • Les relations publiques et la publicité
  • Envois postaux
  • Médias : télévision, réseaux sociaux, Internet
  • Publication et édition
  • Et bien plus …

La formation de trois mois culmine avec une initiation pratique de trois semaines sur le terrain en Afrique, où les élèves mèneront des centaines d’évangélisation et conduiront des centaines de milliers de personnes à Christ !

Après l’obtention de leur diplôme, ces étudiants seront invités à travailler aux côtés de l’équipe de Christ pour toutes les Nations dans le monde entier pour multiplier la moisson au cours de la prochaine décennie. Pour le moment, nous leur offrons plusieurs niveaux de participation : 

Évangélisations de pré-campagnes

Pendant les six à sept semaines précédant nos grandes campagnes d’évangélisation, nous envoyons ces co-évangélistes dans la région où elles auront lieu. Ils se rendent dans de plus petits villages où nos campagnes d’évangélisation ne peuvent pas avoir lieu. Ils vont sur les marchés, dans les écoles, dans les hôpitaux et les prisons. Ils prêchent l’Évangile aux coins des rues et dans les stades de football. Ils se rendent dans les églises locales et s’occupent individuellement de personnes en besoin partout où ils vont.

Juste pour vous donner un exemple : en 2019, nous sommes allés à Nakuru au Kenya. Plus d’un tiers de la population de la ville assista à notre dernière soirée d’évangélisation là-bas. C’était impressionnant ! Mais déjà six à sept semaines avant la campagne, donc bien avant mon arrivée, nous avions une équipe de quatre évangélistes qui prêchaient l’Évangile sur place. Ensemble, ces quatre évangélistes ont mené jusqu’à 32 évangélisations de proximité par jour ! Au cours des sept semaines précédant la campagne, ils ont mené 611 évangélisations de proximité et ont conduit plus de 200 000 personnes à Jésus ! Je crois que les jours viennent, où plus de gens seront sauvés avant les campagnes que pendant celles-ci — non pas parce que les campagnes auront perdu de leur envergure mais parce qu’un tel mouvement d’évangélisation aura été lancé et tourbillonnera autour des campagnes, qu’elles deviendront en fait le catalyseur de quelque chose d’encore plus grand qu’elles-mêmes. Nakuru n’était que l’une des nombreuses évangélisations de pré-campagnes que nous avons menées dans plusieurs villes et pays et qui ont permis de sauver des centaines de milliers de personnes — et ce n’était qu’une phase d’essai ! 

Comment avons-nous pu obtenir des résultats aussi étonnants avec notre travail de pré-campagnes ? 

Nous avons trois stratégies :

1. Camions pour l’Évangile

En Afrique, notre équipe talentueuse de techniciens de calibre international a mis sur pied une flotte d’unités de campagnes mobiles faites sur mesure, affectueusement connues sous le nom de « camions pour l’Évangile ». Ces camions sont conçus pour le terrain accidenté africain et sont en mesure d’accéder aux zones les plus difficiles.

Il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas simplement d’évènements ayant lieu selon les possibilités du moment. Chaque camion pour l’Évangile est connecté avec l’équipe chargée de l’organisation de la campagne principale afin que dans chaque village où a lieu une évangélisation de proximité, il y ait des églises participantes à l’évènement qui pourront s’occuper des nouveaux convertis, avec des coéquipiers de prière et du service d’ordre, des interprètes pour les prédications. Ils travaillent avec des pasteurs locaux et parfois, il y a même un groupe de louange local. Ce sont littéralement de minuscules campagnes qui ont lieu partout dans la région.

2. Évangélisations dans les écoles

L’âge moyen de la population en Afrique est inférieur à 20 ans. Ce fait, combiné à la réalité que la plupart des gens qui prennent la décision de suivre Jésus Christ le font dans leur jeunesse, fait des écoles une cible de choix pour l’évangélisation. Beaucoup croient que les écoles ne sont pas accessibles à l’Évangile. Néanmoins, notre réputation impeccable d’intégrité depuis plus de 40 ans de ministère en Afrique a donné à nos équipes l’accès à des milliers d’écoles.

À Nakuru, au Kenya, la ville que j’ai mentionnée précédemment, où nous avons vu plus de 200 000 personnes prendre une décision pour Christ en sept semaines, notre équipe a prêché dans des centaines d’école. Mais voici la partie surprenante : il y a plus de 33 000 écoles au Kenya qui nous sont toutes ouvertes. Mais ce est vrai au Kenya l'est également dans beaucoup d’autres pays d’Afrique. Jusqu’à maintenant nous n’avions tout simplement pas le temps ni la main-d'œuvre pour les atteindre. Imaginez si nous pouvions amener l’Évangile dans chacune de ces écoles. Cela se traduirait par des millions de décisions chaque année ! Mais ce qui est encore plus étonnant est que même si nous avions assez d’ouvriers pour atteindre toutes les écoles en Afrique, tous les quatre ans, il nous faudrait repartir à zéro car il y aurait une toute nouvelle génération d’élèves ! Cette partie de la vision est extensible à l’infini. Tout ce qui nous manque, ce sont les ouvriers. C’est exactement comme Jésus l’a dit : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers » (Matthieu 9:37).

3. Évangélisations au un à un

Partout où vont ces évangélistes, ils ont été formés pour prêcher l’Évangile, guérir les malades, chasser les démons et ressusciter les morts. Qu’ils se tiennent sur une plateforme devant des milliers de personnes ou qu’ils parlent aux serveurs d’un restaurant, au personnel de leur hôtel, aux agents de l’aéroport ou aux gens qu’ils rencontrent dans la rue – partout où ils vont, ils apportent la puissance de l’Évangile dans la vie d’innombrables personnes. Ceci englobe l’aspect du mode de vie personnel autant que celui du service en public. En plus des rencontres quotidiennes qu’ils ont sur le chemin, nous organisons également des évangélisations sur des lieux publics où ils témoignent lors de contacts individuels à des gens qui font des courses sur les marchés ou qui se rassemblent dans les quartiers animés d’une ville.

Ces trois stratégies réunies (les camions pour l’Évangile, les évangélisations dans les écoles et les évangélisations au un à un) garantissent que, même avant le premier jour de l’une de nos campagnes d’évangélisation, toute la région a été ébranlée par l’Évangile pendant plusieurs semaines.

Cette initiative d’évangélisations de pré-campagnes n’est qu’une des nombreuses stratégies liées à la Décennie Moisson Double. Je mentionnerai brièvement trois autres stratégies qui représentent les nombreuses façons dont nos co-évangélistes multiplieront la moisson.

L'Opération Décapole

Le mot 'décapole' signifie '10 villes'. La stratégie de l'Opération Décapole vise à utiliser le potentiel des diplômés du Bootcamp. En travaillant avec ces évangélistes que nous venons de former, nous organiserons dix campagnes dans dix villes sur une période de deux semaines. Les campagnes dans chaque ville seront d’une durée de cinq à six jours.

Notre équipe d’organisation CfaN, les techniciens et le personnel de soutien CfaN préparent ces campagnes avec les co-évangélistes (ceux qui ont terminé la formation) et ces derniers se chargent d’une grande partie du ministère de prédication. Dans cette période où les campagnes auront lieu dans chaque ville respective, je me rendrai chaque jour dans une autre ville pour prêcher lors d’une soirée. Cette stratégie nous permettra d’être en mesure d’exploiter tous les outils dont dispose CfaN pour mener des campagnes d’évangélisation efficaces tout en décuplant la portée et l’envergure de notre ministère.

Évangélisations de proximité

Je crois que la moisson est si mure, non seulement en Afrique mais partout dans le monde, que nos évangélisations de proximité dans les villages, nos camions pour l’Évangile et nos évangélisations dans les écoles ne se limiteront pas au travail fait sur place avant les campagnes principales. En d’autres termes, toutes ces initiatives peuvent être menées indépendamment de nos campagnes d’évangélisation. Nous enverrons des équipes tout au long de l’année et dans de nombreuses régions différentes, y compris dans d’autres parties du monde. Ma vision est qu’un jour diverses initiatives auront lieu quelque part dans le monde chaque jour.

Campagnes autonomes

Nous avons déjà aidé des étudiants sortant de nos formations en évangélisation à mener leurs propres campagnes dans de nombreuses parties du monde. Nous le faisons en leur offrant un soutien, tant sur le plan logistique que sur le plan financier. Grâce à ces campagnes, nous avons vu des millions de personnes venir à Christ dans de nombreux endroits du monde sans que ces évènements aient un lien direct avec CfaN. Notre objectif principal n’est pas d’obtenir une certaine reconnaissance pour la moisson, mais de contribuer à la faire avancer de toutes les façons possibles.

En plus de tout cela, un effet inévitable sera que beaucoup de ces évangélistes se lanceront dans leur propre initiative d’évangélisation. Nous les formons et les équipons pour le ministère d’évangélisation, non seulement en théorie mais de façon très pratique, en travaillant avec CfaN sur le terrain. Je ne peux pas imaginer une formation pratique plus efficace, et les résultats de cette moisson continue seront immenses.

Une moisson d’un milliard d’âmes

Reinhard Bonnke Gospel Campaign Ogbomosho, Nigeria

Depuis un certain nombre d’années, j’entends des paroles prophétiques au sujet d’une « moisson d’un milliard d’âmes » qui est sur le point de se produire. Pendant un temps, je considérais ces prophéties comme exagérées et allant au-delà de l’objectif — mais plus maintenant ! Je suis désormais convaincu qu’il est possible d’atteindre cet objectif. Et je veux vous montrer comment : grâce à la multiplication. Pour ceux d’entre vous qui comme moi aiment les chiffres, considérez ceci : Si 2 000 évangélistes s’engageaient chacun à mener 5 évangélisations de proximité par an et qu’au cours de chaque évènement ils conduisent seulement 10 000 personnes à Christ (en passant ce sont des chiffres très prudents, comme nous l’avons déjà prouvé de nombreuses fois), cela équivaudrait à 100 000 000 (cent millions) de personnes sauvées par an ! Multipliez cela sur 10 ans et vous aurez un milliard d’âmes.

C’est pourquoi, en plus des 40 campagnes que Christ pour toutes les Nations mènera chaque année en Afrique, mon objectif est de former et d’équiper 2 000 évangélistes qui mèneront des campagnes au cours de la prochaine décennie. C’est ce que je veux dire lorsque je dis que la Décennie Moisson Double n’est qu’un début, un catalyseur pour le plus grand mouvement d’évangélisation mondiale de l’histoire.

Et je crois que c’est ce que Reinhard a rêvé quand il a entendu cette voix dire : « Reinhard Bonnke n’était que le précurseur d’une toute nouvelle génération d’évangélistes conduits par le Saint-Esprit ». Je crois que c’est ainsi que sa vision d’une Afrique lavée par le sang du Cap au Caire et au-delà se réalisera.

Coopérer

L’autre mot que le Seigneur m’a donné était « coopérer ». Dans le passé, les évangélistes étaient plutôt considérés comme faisant cavalier seul et ne voulaient pas (ou ne pouvaient pas) travailler avec d’autres. Cela change à notre époque et, en fait, cela doit changer si nous voulons que cette grande moisson de la fin des temps soit rentrée. Dans notre travail en Afrique, cela est arrivé que nous ayons dû déplacer des dates ou des lieux de campagnes parce que d’autres évangélistes étaient au même endroit en même temps. Nous nous gênions les uns les autres en raison d’un manque de communication. Mais le monde est si grand. Il n’y a aucune raison que nous entravions les plans les uns des autres dans certaines régions alors que d’autres endroits sont complètement négligés. Imaginez si, plutôt que d’interférer les uns avec les autres, nous commencions à travailler ensemble en articulant nos efforts et nos ressources pour un impact encore plus grand !

De plus, d’après mon expérience, les évangélistes sont souvent très seuls. Un évangéliste m’a appelé récemment pour me parler de l’évangélisation qu’il venait de terminer. Après m’avoir fait part de nombreux témoignages merveilleux, il y eut un silence. Puis il a dit : « Tu sais, parfois je me sens tellement seul. Je ne sais même pas avec qui partager ce que Dieu a fait. J’avais juste besoin de parler à quelqu’un ».

Comme toutes les autres personnes, les évangélistes ont besoin de communion. Ils ont besoin d’un groupe dans lequel ils sont chez eux et de collègues qui les encouragent et à qui ils sont redevables. C’est là qu’intervient « la coopération ». CfaN est l’un des ministères d’évangélisation les plus influents au monde et a donc le devoir d’utiliser cette influence pour soutenir d’autres ministères et de faire coopérer les évangélistes pour le Royaume et pour le bien de la moisson. Voici trois exemples à cet égard :

1. Alliance mondiale des évangélistes (‘Global Evangelist Alliance’- GEA)

En 2017, sous l’égide de « Empowered21 », CfaN a été mandaté par des leaders apostoliques du monde entier pour fonder l’alliance mondiale des évangélistes. En mai 2018, nous avons réuni quelques-uns des évangélistes les plus influents du monde pour former un conseil exécutif composé de représentants du monde entier. Nous nous efforçons d’avoir des membres dans toutes les villes du monde, de travailler ensemble et de coopérer pour rentrer la moisson.

Au travers de cette alliance mondiale des évangélistes, des hommes et des femmes ordinaires qui ont un coeur pour les perdus sont connectés à d’autres évangélistes de l’alliance dans le monde entier. Une personne avec par exemple un fardeau pour le Myanmar ou le Pérou sera en mesure de se connecter avec d’autres membres du GEA là-bas, ou n’importe où ailleurs dans le monde.

Chaque année, les leaders et les membres du GEA se réunissent pour des moments d’inspiration, de formation, de communion et de planification. Imaginez des évangélistes qui se retrouvent pour élaborer des stratégies ensemble afin d'ébranler des nations entières avec l’Évangile. En réunissant des hommes et des femmes avec le même fardeau et la même passion, nous facilitons des coopérations qui résulteront dans une moisson massive.

2. L’envoi (‘The Send’)

En février 2018, à peine trois jours après la mort de Billy Graham, un petit groupe d’hommes se retrouva au bureau central de Christ pour toutes les Nations à Orlando pour discuter de la possibilité de travailler ensemble dans le but de déclencher un mouvement mondial de mission. De cette réunion, le mouvement « The Send » (L’envoi) est né. Avec six autres ministères, Christ pour toutes les nations constitue l’un des sept collaborateurs qui dirigent ‘The Send’.

Notre premier rassemblement eut lieu à Orlando en février 2019. Près de 60 000 personnes, pour la plupart des jeunes se rassemblèrent dans le stade ‘Camping World Stadium’ pour douze heures de prières, de prédication de l’Évangile et d’envoi sur le terrain de mission ! Le résultat fut que plus de 2 500 personnes reçurent Christ.

Le deuxième rassemblement eut lieu en février 2020 au Brésil. À l’origine, nous avions loué le plus grand stade de Sao Paulo (le stade ‘Morumbi’, qui peut accueillir 70 000 personnes). À l’ouverture des inscriptions, tous les tickets d’entrée furent vendus en l’espace de six heures — cette vente battant le record précédent du stade pour afficher complet ! 

Nous avons alors décidé de louer le deuxième plus grand stade de la même ville. Il affichait complet en trois jours. Puis, nous avons fait un pas de foi pour louer un troisième stade à Brasilia, la capitale. Le 8 février, j’ai prêché à 140 000 personnes dans 3 stades, dans 2 villes en 8 heures. En me rendant en voiture au deuxième stade, le Seigneur me donna les paroles d’Amos 9:13 :

« Voici, les jours viennent, dit l’Éternel, où le laboureur suivra de près le moissonneur, et celui qui foule le raisin celui qui répand la semence, où le mout ruissèlera des montagnes et coulera de toutes les collines ».

Au Brésil, 7 847 personnes donnèrent leur vie à Jésus Christ. Le mouvement « The Send » (L’Envoi) a seulement commencé. Dans les jours et les mois à venir, nous serons en route dans beaucoup de pays et de villes et nous croyons que Dieu enverra des ouvriers dans la moisson. C’est une autre façon de travailler pour obéir au mot « coopérer ». 

3. CfaN Evangelism Alliance (Alliance pour l’évangélisation CfaN)

Christ pour toutes les Nations a organisé des dizaines d’écoles d’évangélisation dans de nombreuses nations différentes du monde. Maintenant, avec le Bootcamp et d’autres initiatives de formation, la communauté des évangélistes qui appartiennent à la famille CfaN s’est agrandie de milliers d’évangélistes. Nous offrons à ces diplômés la possibilité de rester connectés avec CfaN pour continuer à être formés, ressourcés et coopérer. Cela se fait par le biais de l’Alliance pour l’évangélisation CfaN (CfaN Evangelism Alliance). 

Ce que tout cela signifie pour moi personnellement

J’ai succédé à Reinhard Bonnke quand je n’avais que 28 ans. C’est un euphémisme de dire que j’étais dépassé et que je ne me sentais pas qualifié. Parfois, je me suis demandé pourquoi Dieu m’avait choisi. Je n’ai pas demandé cette tâche et je ne l’ai même pas vu venir. Jamais je n’ai cru que Dieu m’avait mis dans cette position pour mon intérêt personnel. Je n’ai pas hérité de ce ministère en raison de liens familiaux quelconques. Je ne l’ai jamais revendiqué. Je ne crois pas non plus que ma vocation soit simplement de maintenir le ministère de Reinhard Bonnke pendant encore 50 ans. Je me souviens de plus d’une fois, où Reinhard, pendant qu’il prêchait un sermon, s’arrêta au milieu d’une phrase, se tourna vers moi assis au premier rang, me pointa du doigt et me dit d’un ton autoritaire : « Daniel, tu ne dois pas devenir le gardien de mon héritage. Prêche l’Évangile ! ». Ce qu’il disait et ce qu’il a dit à maintes reprises, c’est qu’il n’avait aucun désir de simplement perpétuer son ministère pour le maintenir. Ce n’est pas pour cela que nous sommes ici. Non ! Dans cette nouvelle phase, Dieu utilisera cette plateforme incroyable que Reinhard et Anni Bonnke et beaucoup d’autres ont construite leur vie entière pour lancer cette nouvelle génération d’évangélistes conduits par le Saint-Esprit.

L’invitation et le besoin

Il y a très peu de choses dans la vie qui en valent vraiment la peine. Comme Jean nous le rappelle : « Et le monde passe, et sa convoitise aussi ; mais celui qui fait la volonté de Dieu demeure éternellement » (1 Jean 2:17). Quelle est la volonté de Dieu ? Pierre montre clairement que Dieu ne veut « … qu’aucun périsse, mais que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3:9). Il n’y a rien de plus cher au coeur de Dieu que les âmes. Daniel dit : « … ceux qui auront enseigné la justice à la multitude brilleront comme les étoiles, à toujours et à perpétuité » (Daniel 12:3). Si vous cherchez quelque chose en quoi investir qui rapporte des dividendes éternels alors ne cherchez pas plus loin. Je ne peux imaginer un meilleur investissement dans ce monde ! 

Leonard Ravenhill a dit : « L’opportunité d’une vie doit être saisie pendant toute la durée de l’opportunité ». Je crois que la moisson qui nous attend n’est pas seulement l’opportunité d’une vie, mais l’opportunité de tous les âges. Je vous invite à vous joindre à nous et à saisir ce moment pour l’amour du Calvaire ! Je vous demande de prendre la décision de vous engager pour la prochaine décennie avec Christ pour toutes les Nations pour voir cette moisson massive être rentrée. Allez-vous vous tenir à nos côtés ?

Voici trois façons dont nous avons besoin de votre aide :

Prier

Nous avons besoin de vos prières. Nous sommes dans une bataille très réelle et il y a de la résistance. Nous allons de l’avant avec toute la grâce que Dieu nous a donnée, mais nous avons besoin de vos prières pour l’équipe CfaN et nos familles, réparties dans le monde entier, avec des bureaux dans douze pays et sur six continents.

Servir

Certains d’entre vous ont peut-être été appelés à rejoindre cette armée d’évangélistes envoyée dans les champs de moisson. Peut-être connaissez-vous quelqu’un qui est appelé dans l’évangélisation de masse. Je ne connais pas de meilleure façon de les lancer que par la formation CfaN et son Bootcamp. Pour en savoir plus sur la formation, veuillez cliquer ici :

Bootcamp

Donner

En ce moment, nous avons actuellement un besoin urgent d’un centre de formation. Nous utilisons actuellement nos bureaux à Orlando, mais en raison de contraintes d’espace, nous n’avons pu accepter que 50 étudiants (sur des centaines de candidats). Nous devons supprimer rapidement ces restrictions si nous voulons réaliser notre vision.

Dons

Il y a aussi un certain nombre d’autres moyens très stratégiques de donner pour la moisson. Qu’il s’agisse de parrainer des étudiants dans le besoin, d’acheter des « camions pour l’Évangile » ou de financer des campagnes – nous avons besoin de votre aide. Pour voir comment vous pouvez semer dans la moisson, veuillez visiter : 150million.org

Il y a bien des années en arrière, nous chantions un chant de Robert Critchley dont les paroles étaient :

Nous sommes des rêveurs de rêves impossibles Marchant par la foi dans ce qui n’est pas encore visible Compte-nous Seigneur parmi ceux qui osent croire Afin que nous puissions vivre Ton rêve impossible

À l’époque, je ne savais pas à quel point il était important de « voir » ce qui était invisible et de s’emparer de ces rêves de Dieu par la foi, encore et encore. Je crois que nous pouvons voir l’impossible devenir possible aujourd’hui. Nous pouvons vivre ce rêve impossible pour la gloire de Dieu et l’amour des âmes.

Merci d’être à nos côtés – le meilleur arrive !

Daniel Kolenda, évangéliste
Président de CfaN